Manuel Hattinguais vous explique : La chirurgie assistée par robot

Il y a quelques jours au CHU d’Amiens, un petit garçon atteint d’une scoliose grave a été opéré de la colonne vertébrale par une équipe de chirurgiens et de neurochirurgiens assistés d’un robot. À cause de sa scoliose, le petit garçon ne pouvait plus se lever et restait donc constamment allongé depuis 6 mois. C’est une première mondiale en chirurgie pédiatrique et cela va révolutionner le monde de la médecine.

L’origine du projet

Le chirurgien en charge du projet est le Docteur François Deroussen, un chirurgien orthopédique pédiatrique au CHU d’Amiens, travaillant en collaboration avec le Professeur Richard Gouron, le chef de service de chirurgie de l’enfant, ainsi que le Docteur Michel Lefranc, neurochirurgien avec l’équipe d’anesthésie du centre de simulation en santé SimUsanté.

 

La préparation

Les chirurgiens ont donc procédé en premier lieu à une simulation pour pouvoir être parés contre toutes éventualités. Ils ont mis un an pour se préparer à cette opération au CHU d’Amiens, en simulant l’acte deux fois à l’aide du robot, sur un mannequin parfaitement similaire au garçon, contenant une impression 3D de la colonne vertébrale.

Manuel Hattinguais

 

Le procédé

L’opération consiste à implanter des vis iliosacrées et des crochets dans le haut du dos, reliées par des tiges cintrées pour redresser le dos. La pose des vis de 7mm de diamètre dans un couloir osseux de 8 mm « à proximité des racines nerveuses reste très complexe et rare. Elles sont volumineuses au regard de la petite taille des os de l’enfant », nous explique le Dr Manuel Hattinguais.

Cela a duré 3 heures, pendant lesquelles, assistés d’un robot composé d’un bras, d’un ordinateur et d’une caméra, ils ont opéré l’enfant. « Le chirurgien planifie la chirurgie, le robot porte les instruments et prend en compte les mouvements du patient, apporte de la précision et la vision en trois dimensions« , explique Dr Michel Lefranc, neurochirurgien ayant participé au côté d’une quinzaine de personnes à l’opération, très délicate.

Le suivi post-opératoire

L’enfant a depuis beaucoup plus de facilité à vivre puisque il peut de nouveau s’asseoir, et dit mieux respirer. En effet, il n’est plus obligé de rester allongé comme c’était le cas avant cette opération.

Le Dr Manuel Hattinguais nous explique « Les opérations effectuée à l’aide d’un robot ont beaucoup moins de répercussion sur le corps des patients. Les incisions sont moins grandes, il y a moins de douleurs post-opératoires et le patient a la possibilité de récupérer plus vite ses capacités. Également, il y a beaucoup plus de réussite sur des opérations qui nécessitent de la précision. ».

D’ici début 2018, quatre autres jeunes devraient bénéficier de ce nouveau type de chirurgie au CHU d’Amiens.