La digitalisation du secteur immobilier selon Jimmy Parat

Existe t’il encore un secteur d’activité qui ne soit pas touché de plein fouet par la digitalisation ? Bien sûr que non ! A l’instar de tous les autres corps de métier, l’immobilier se modernise et se rapproche de sa clientèle en usant des bienfaits d’internet. Jimmy Parat, dirigeant de la compagnie immobilière SOYOAS, nous donne son opinion sur la digitalisation du secteur immobilier.

La digitalisation du secteur immobilier : un domaine en plein essor

Digitalisation du secteur immobilier relatée par Jimmy Parat

Digitalisation du secteur immobilier relatée par Jimmy Parat

Quasiment tous les foyers disposent d’un moyen d’accès à internet. Qu’il s’agisse d’un ordinateur de bureau, d’un ordinateur portable, d’une tablette ou d’un smartphone, plus de 92% des français ont un accès régulier à la toile. Et quel est donc le premier réflexe lorsque vous recherchez une information ? Regarder sur internet

Les sites d’annonces : immobilier et architecture durable

A la recherche de bons plans alliant immobilier et architecture durable, les internautes sont de plus en plus nombreux à consulter les sites d’annonces immobilières.

Chaque mois, plus de 14 millions de personnes consultent un portail d’annonces. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter et va de pair avec un taux de rebond élevé : 9 transactions immobilières sur 10 ont débuté avec un contact sur internet.

Les annonces entre particuliers

Terminée l’époque où il fallait obligatoirement passer par un professionnel pour exploiter son bien ! Aujourd’hui, avec les sites d’annonces entre particuliers, tout le monde peut louer ou acheter un bien immobilier en quelques clics.

Leader de la location courte durée, le site Airbnb a donné des sueurs froides à bon nombre de professionnels. Selon Jimmy Parat, il n’y a rien à craindre de cette tendance digitale : ce sont deux segments différents d’un marché chacun ayant ses avantages et ses inconvénients.

Si la facilité d’accès des annonces entre particuliers est indéniable, elle ne fait pas table rase de la nécessité de solides garanties financières dans le procédé d’achat de logement. De plus, la bonne connaissance des obligations administratives reste indispensable et souvent peu, voir pas du tout, maîtrisée par les particuliers.

L’automatisation des contrats de bail

Immobilier : Automatisation des contrats de bail

La législation encadrant les actes immobiliers ne cesse de devenir de plus en plus complexe. Avec la loi Alur, les propriétaires fonciers ont perdu une certaine marche de manœuvre et il leur est nécessaire de se montrer de plus en plus vigilants.

C’est pourquoi, ces dernières années, on assiste à l’émergence de plateformes juridiques qui permettent aux bailleurs comme aux locataires d’obtenir des baux en bonne et due en forme en quelques clics. Sachant que plus de 1.8 millions de baux sont signés chaque année, on ne peut qu’applaudir cet aspect de la digitalisation du secteur immobilier.

La visite virtuelle, futur de l’immobilier

Imaginez-vous en train de visiter votre nouvel appartement situé le long de la seine… Vous prenez le temps d’admirer les dorures au plafond, la finesse des décorations de la cheminée et la vue imprenable du soleil qui se lève sur Paris. Tout cela devant votre écran d’ordinateur.

Jimmy Parrat en est sûr, « La visite virtuelle est le futur de l’immobilier et architecture durable« . Que ce soit grâce à la photographie à 360° ou aux casques de réalité virtuelle, elle permet aux particuliers de découvrir un lieu comme s’ils y étaient et les accompagnent dans leur décision d’achat.

Une autre tendance est celle de l’état des lieux via une tablette. En prenant une photo avec votre tablette, non seulement vous obtiendrez un état automatique des lieux mais une convention de sortie sera automatiquement crée avec en résumé les différentes charges attribuées au locataire sortant.

Et en dernière position, se trouve l’option du financement immobilier participatif. Tout comme un projet d’entreprise ou une association, les promoteurs immobiliers pourront lever les fonds et financer leur construction grâce à des donateurs ou actionnaires.